Récupérer un fichier pdf dans le cache de Chrome

Logo Chrome

Sur un site Web, un des administrateurs avait changé un fichier pdf sans prévenir, rendant impossible – cela reste toutefois très relatif dans le domaine de l’informatique – toute comparaison avec le précédent. Me vint alors l’idée apparemment simple d’aller voir dans le cache du navigateur, le fichier ayant été consulté quelques mois auparavant. Malheureusement, la consultation avait été faite avec Chrome.

Chrome a la pénible habitude d’enregistrer son cache dans un format hexadécimal, ce qui pose un problème si vous cherchez à récupérer un fichier joint dans une page Internet. Impossible de le lire ni de l’enregistrer. La page dans l’historique n’est pas lisible laissant apparaître un mélange d’informations liées à la page HTML et de données en hexadécimal.

Sur Internet – comme d’habitude – on trouve plein d’astuces, de petits utilitaires qui ne fonctionnent pas et font perdre plus de temps qu’autre chose. Voici donc après beaucoup de recherche la solution pour s’en sortir obtenue de haute lutte.

Bon ceux, qui me connaissent, savent que mes solutions passent généralement par Linux, pour d’autres systèmes d’exploitation, il vous faudra l’adapter, mais le principe reste le même.

1/ Commencez par enregistrer la page contenant la pièce jointe depuis le cache de Chrome pour obtenir un fichier pdf. À ce stade, ne cherchez à l’ouvrir avec un lecteur de PDF, il n’est pas lisible.

2/ Ouvrez le fichier avec un simple éditeur de texte pour retirer toutes les informations relatives à la page Web (les en-têtes HTTP) pour ne conserver que le code hexadécimal. En clair, cela doit commencer avec l’adresse 00000000 qui contient « %PDF-1.5 » correspondant au format du fichier. Il doit se terminer avec la ligne contenant « %EOF » indiquant la fin du fichier (End Of File).

3/ Il suffit donc ensuite d’utiliser dans un terminal (sous Linux) la commande « xxd -r » pour convertir le fichier hexadécimal généré précédemment en un fichier binaire qui sera lisible par n’importe quel lecteur de PDF.

Et voilà, c’est terminé. En gros 5 minutes pour éviter de passer des heures à tester des extensions de Chrome et autres utilitaires inefficaces.

Installation Windows 10 & Ubuntu Gnome 16.04 LTS

Logo Windows

Suite à un problème technique impromptu, sur mon PC un peu trop ancien, j’ai dû le renouveler en catastrophe en profitant d’une promotion fort opportune. Le problème, c’est que dans ce cas de figure, on a pas trop de choix, c’est Windows 10… À partir de ce moment, il est proposé chez ce constructeur, le remboursement du système d’exploitation, mais il faut retourner le PC au support et attendre une bonne semaine ; plutôt pénible lorsque votre PC est hors service. J’ai donc pris la décision comme la fois précédente, un double boot Windows / Linux, c’était sans savoir à quoi je serai confronté.

Les premiers écueils s’appellent « Bios UEFI » et « Secure Boot ». Les désactiver empêche l’installation Windows par défaut de démarrer, et toutes les versions d’Ubuntu (Ubuntu Gnome) ne gèrent pas cette configuration (seules les dernières versions le peuvent). Cerise sur le gâteau, il n’était pas possible de désactiver ces fonctions sans avoir mis à jour le Bios.

Une fois ces problèmes réglés, l’installation Linux peut enfin se faire, et Grub, permet de tout faire démarrer correctement. Sauvé !

Enfin presque. Au fur et à mesure que j’utilise l’ordinateur, je lève de nouveaux loups. Impossible, par exemple, sous Linux de lire des partitions Windows, ce qui ne posait aucun problème auparavant. En cherchant un peu, je découvre la « bidouille » des ingénieurs Microsoft pour améliorer le démarrage de Windows : ne plus arrêter les disques durs ! Il ne reste plus qu’à trouver dans le fouillis des paramètres celui gérant le démarrage rapide, dans la gestion des boutons de la gestion de l’alimentation. Encore un exemple ? Chaque fois que je démarre sous Windows, je me retrouve systématiquement avec 2 heures de retard. Encore quelques recherche pour découvrir que l’un se base sur l’heure GMT et l’autre sur l’heure UTC. Encore des modifications à faire dans la base de registre Windows.

Windows 10 le meilleur Windows jamais construit ? Euh… Non, mais c’est vraiment celui qui m’a fait perdre le plus temps pour faire un simple double boot. D’une certaine façon, ils ont gagné, la prochaine fois je ne ferai pas de double boot, je prendrai un ordinateur sans système d’exploitation et y installerai Linux et me contenterai de subir Windows… au bureau.

Mise à jour de sécurité WordPress 4.3

WordPress

Bonjour,

Hier après-midi, une mise à jour de sécurité de WordPress a été publiée (2 failles de vulnérabilités cross-site scripting & une élévation de privilèges), merci de vous assurer de la mise à jour de votre site WordPress 4.3.0 vers la version 4.3.1.

En principe sauf désactivation de votre part la mise à jour devrait se faire de manière autonome. Si ce n’est pas le cas, n’hésitez pas à la lancer vous-même.

Plus d’information sur le sujet dans communiqué suivant (en anglais) : https://wordpress.org/news/2015/09/wordpress-4-3-1/

Merci de relayer cette information largement pour la sécurité de tous.

1 2 3 4 5 26